Coward Old Universe…

by Jeremy G.

Posts Tagged ‘Prix Nobel’

Mauvaise blague

Posted by Jeremy Ghez on October 16, 2007

gore.jpg

 

Al Gore aurait fait un excellent président.  Tout comme John Kerry d’ailleurs.  Du moins, d’après les Européens… Malheureusement (pour eux), ces derniers n’ont pas le droit de voter aux élections américaines.  C’est peut-être pour cela qu’ils se tournent vers le Prix Nobel, pour se venger. 

En remettant à Gore le Prix Nobel de la Paix, pour son action contre le réchauffement climatique, le comité du Prix Nobel a entrepris une action historique et commis une faute assez invraisemblable.  Pour la première fois – à ma connaissance du moins – un individu a été récompensé pour une même oeuvre à la fois à Hollywood et par un Prix Nobel.  Drôle de convergence, quand on y pense: Hollywood, tant décrié par ceux qui haissent l’Amérique et considéré comme le degré zéro de la culture, trouve un allié insolite, au bout du compte.  Voilà un honneur quelque peu surdimensionné à mes yeux pour le réalisateur d’un documentaire, alors que d’autres risquent leur vie, jour après jour, pour protéger leurs libertés et celles des autres.

Mais il y a encore plus grave. Le comité s’est doublement ingéré dans deux sphères qui ne lui appartiennent pas: d’abord dans celle du débat scientifique, qui n’est manifestement pas clos, comme le montre la colère de Claude Allègre ou encore celle de William Gray.  Ensuite, dans la politique américaine, en s’inissant dans le débat interne qui anime actuellement les Etats-Unis, en vue de l’échéance électorale de 2008.  Drôle de paradoxe, quand on sait que l’un des principaux reproches addressés aux Etats-Unis est sa tendance à l’ingérance excessive (lire par exemple ceci, ceci et ceci).

Al Gore n’a rien de moins que les autres politiciens du monde: il est tout aussi arrogant – lui qui en 2000, avait prétendu avoir inventé Internet – et égocentrique.  Il y aurait quand même quelque chose de fortement déplaisant à le voir utiliser cette récompense comme tremplin pour sa campagne électorale, ce coup de pouce venant de l’extérieur et n’étant pas animé par les meilleures intentions envers les Etats-Unis.

Posted in 2008 Elections | Tagged: , , | Leave a Comment »

La revanche de l’économie a commencé

Posted by Jeremy Ghez on October 16, 2006

C’était en 2002.  J’animais à HEC un débat sur l’utilité et l’avenir du FMI.  En guise d’introduction, je rappelais l’état du débat, en commettant un lapsus qui a été la source de rires incessants: j’ai soudainement accordé à Joseph Stiglitz le prix Nobel de la Paix, au lieu du prix Nobel d’Economie.

Lapsus révélateur?  L’actualité récente est venue à mon secours pour démontrer que je n’étais pas complètement à côté de la plaque.  En accordant le Prix Nobel de la Paix à Muhammad Yunus , celui qui a répandu dans son pays natal, le Bangladesh, le microcrédit, nos amis scandinaves ont bien prouvé que l’économie avait un rôle à jouer dans la construction du monde dans lequel nous vivons. 

Yunus n’est pas le membre d’une ONG ou un activiste charitable.  Il est à la tête d’une banque presque traditionnelle, à cette exception près qu’il ne fait prêter qu’aux pauvres, dans un des pays les plus pauvres du monde.  Si son entreprise et son action ont eu tant de répercussions, à la fois pratiques et médiatiques, c’est parce qu’elles visent à la construction d’une véritable infrastructure bancaire qui manque cruellement dans des pays où il n’est pourtant pas si compliqué de prêter: le montant des prêts excède rarement les quelques centaines d’euros dont un fermier a besoin pour faire fructifier son affaire, alors qu’en temps normal, le même individu, n’étant pas en mesure de prouver qu’il est propriétaire, serait dans l’incapacité la plus totale d’emprunter à une banque traditionnelle.

“Macrorécompense” titrait l’édito du Monde.  Reconnaîtrait-on enfin en France que l’économie n’est peut-être pas qu’une science bâtarde, et que le capitalisme n’est peut-être pas un gros mot?  Il serait bien difficile de contester le fait que le système mis en place par Yunus emprunte au capitalisme et à l’économie leurs principes les plus fondamentaux.  Je ne serais pas surpris que cela en irrite plus d’un.

Si j’ai commis ce lapsus il y a maintenant quatre ans, c’est justement parce que je voulais demander à nos deux invités, Philippe Ithurbide – un ancien de la Société Générale – et Dominique Plihon d’ATTAC s’ils pouvaient imaginer le FMI ou la Banque mondiale gagner le prix Nobel de la Paix, un jour, pour leur action. 

Au moment où tous les économistes et les politologues insistent sur l’enjeu que représente le nation building, en Irak, en Afghanistan, ou en Afrique, quelles institutions seraient les mieux placées pour stabiliser ces régions troublées et enfin leur offrir un cadre de fonctionnement stable?  La démocratie et la paix ne tombent pas du ciel et ne s’imposent pas, prétend-on à Paris.  Certes.  Mais elles peuvent se construire, à travers un volontarisme politique dont on semble manquer cruellement en Europe.

A ce titre, je me souviens de cette édito d’Alexandre Adler, en Février 2006, dans le Figaro, qui réclamait un Prix Nobel de la Paix pour Alan Greenspan, l’ancien directeur de la Banque centrale américaine, comme l’avait obtenu au milieu des années 1920 le secrétaire du Trésor américain Dawes pour son plan qui visait à rééchelonner la dette allemande qui étouffait le pays.  Même si Greenspan n’a pas élaboré de plan similaire, Adler s’explique:

l’intervention décisive du président de la Réserve fédérale peut malgré tout se lire à livre ouvert. Formé dans les doctrines keynésiennes de l’après-guerre, Greenspan, en effet, n’a pas hésité, contre les dogmes monétaristes orthodoxes, à ouvrir grand les vannes du crédit et à pratiquer à ses risques et périls une stratégie que beaucoup considéraient spontanément comme laxiste.  Greenspan fait ses premières armes en la matière lorsqu’il renfloue avec l’aide active du gouvernement américain l’économie mexicaine, sauvant ainsi tout le processus d’intégration économique nord-américain…

Voilà un interventionnisme et un volontarisme politique décisif en faveur de la stabilité économique, meilleure alliée d’une paix durable.  Une leçon pour l’avenir?  Ceux qui chaque année remettent à des nobles gens le Prix Nobel de la Paix l’ont décidé.

yunus.jpg

 

Posted in Muhammad Yunus, Prix Nobel | Tagged: , , , , | Leave a Comment »