Coward Old Universe…

by Jeremy G.

Archive for the ‘Débat intellectuel français’ Category

Le débat français mérite mieux qu’Emmanuel Todd

Posted by Jeremy Ghez on October 25, 2006

Emmanuel Todd est une référence en France.  Il prétend avoir prédit la chute de l’URSS.  C’est également à lui que l’on doit la formule de la ‘fracture sociale’, sur laquelle Chirac a fondé sa campagne en 1995.  Il a enfin signé, il y a quelques années, un brûlot qui a fait grand bruit à l’époque, Après l’Empire, dans lequel il célèbre “l’inévitable décomposition de l’empire américain”.

toddjsassier.jpg

 

L’intellectuel ne mériterait pas tant d’attention, s’il se limitait à quelques considérations et prévisions marginales, tout en rappelant celles qui se sont révélées être exactes après coup.  Mais l’acharnement dont l’auteur fait preuve envers les Etats-Unis et son principal allié Israël, se refusant de lire les politiques respectives des deux nations autrement qu’à travers le prisme de la barbarie gratuite, est parfaitement déconcertant.

Déjà, dans Après l’Empire, Todd avait eu ce constat magnifique de naïveté et de fraîcheur: il suffisait d’après lui de regarder le journal télévisé pour constater à quel point les Israéliens ne considéraient les Palestiniens plus que comme des animaux.  Constat tranché, avec lequel une partie de la population française à l’époque était peut-être d’accord.  Mais voilà: on pourrait tout de même attendre d’Emmanuel Todd, ce grand démographe, ce grand spécialiste des questions internationales, autre chose que des commentaires qui ne relèvent pas d’autre chose que du slogan de bas étage.  Que les choses soient claires: la politique menée par Israël au lendemain du début de la Deuxième Intifada peut être contestable et a été critiquée par des organes gouvernementaux internes au pays – la Commission Orr en est l’exemple le plus remarquable.  Mais ne vouloir observer dans l’action d’un Etat seulement et exclusivement une barbarie gratuite à l’oeuvre, c’est dépasser de loin le seuil de la simple critique politique.

Et Todd ne s’est pas arrêté là.  Ses propos, pendant l’été, dans une émission de RMC Info, qui est toujours disponible par Podcast, avaient la même teneur, bien qu’ils visaient désormais l’action américaine en Irak et l’action israélienne au Liban.  Deux actions critiquables, qui le sont encore dans les pays mêmes qui les ont menées (à ce titre, peut on en dire autant de la France, Monsieur Todd, qui a bien tardé avant de revenir sur sa politique algérienne et qui semble vouloir à tout prix jeter un voile pudique sur son action en Côte d’Ivoire?).  Aujourd’hui, Todd continue sur la même ligne du slogan et de l’invective, en prétendant, dans Marianne, que les Etats-Unis ne cherchent le conflit que pour le conflit.  Ce n’est pas une politique qui est mise en accusation, c’est un comportement, présenté comme structurel, qui est souligné.  Peu importe si l’Iran est sur le point de se nucléariser: tout ce qui tend à éloigner le prisme choisi de l’exclusive responsabilité américaine est rapidement balayé sous le tapis.

Ces deux opérations, en Irak et au Liban, ont été très mal préparées.  L’impréparation américaine en Irak est d’autant plus impardonnable que les Américains se devaient de donner au peuple irakien qu’ils prétendaient libérer une alternative viable.  Ce n’est pas le cas aujourd’hui.  Mais quoi qu’on dise de cette intervention, il existe une vérité incontestable: le monde est débarrassé d’un des pires dictateurs des temps modernes.  Lorsque les GI’s américains sont rentrés dans Bagdad et ont découvert ces charniers multiples, quelques tristes souvenirs européens auraient dû ressurgir chez nous, nous qui savons mieux que tout le monde ce que représente un charnier.

Le monde dans lequel nous vivons est complexe.  Les nations comme leurs dirigeants sont souvent forcés de choisir une décision parmi une série de mauvaises alternatives.  Il est parfaitement légitime de se poser la question de la responsabilité de cet état de faits, des politiques parfois désastreuses qui nous ont mené là.  Et c’est d’ailleurs bien cela que l’on attend de nos spécialistes: réintroduire de la complexité dans un débat dominé par le slogan et l’invective. 

Je refuse de croire qu’un pays a les intellectuels qu’il mérite.  La France mérite bien mieux que ces élucubrations.

Posted in Débat intellectuel français | Tagged: , , , | Leave a Comment »